Des singes et des hommes, cobayes pour le diesel allemand

Par

Entre 2013 et 2014, une fondation financée par l’industrie automobile allemande a commandé des tests respiratoires sur des singes et des hommes pour prouver la “propreté” du diesel. Le patron de son conseil scientifique, le toxicologue Helmut Greim, est l'un des experts “indépendants” favoris du Bundestag, où il a notamment défendu l’innocuité du glyphosate…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.– Des tests respiratoires réalisés sur des singes puis des hommes, commandités par les grands noms de l’automobile allemande afin de prouver que le diesel est inoffensif. Les révélations du New York Times et du quotidien régional allemand Stuttgarter Zeitung occupent la une des médias allemands, comme une pièce accablante supplémentaire au dossier déjà lourd du « dieselgate ».