Nathalie Arthaud face à la rédaction

Dernière partie de la soirée : entretien avec la porte-parole de Lutte ouvrière, qui a repris le flambeau d’Arlette Laguiller et se présente pour la seconde fois à l’élection présidentielle.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Dernière partie de notre MediapartLive. Entre 22 heures et 22 h 30, Nathalie Arthaud face à la rédaction :

Animé par Christophe Gueugneau et Edwy Plenel

La porte-parole de Lutte ouvrière, qui a repris le flambeau d’Arlette Laguiller, se présente pour la deuxième fois à l’élection présidentielle, après avoir obtenu 0,56 % en 2012. Pour l’unique trotskiste revendiquée en lice (Philippe Poutou et le NPA se revendiquant de la notion plus large d’anticapitalisme), seule la révolution pourra réellement améliorer le sort des exploités.

Le grand débat de cette émission était consacré aux fractures de la gauche : alors que Londres a activé l’article 50 des traités européens ce mercredi 29 mars pour ouvrir les négociations formelles du Brexit, alors que l’Europe est l’un des nœuds de la campagne présidentielle, au cœur du « désaccord » entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, Thomas Piketty et Éric Coquerel ont débattu et analysé les multiples fractures de la gauche.

Et en première partie, “retour sur nos enquêtes” s’est penché sur l'interdiction de séjour comme instrument de répression, lors d'un débat animé par Jade Lindgaard avec Florent, militant contre Cigéo et Laurence Blisson, secrétaire générale du Syndicat de la magistrature. Un débat ponctué par nos chroniques Couvrez cette clause, que je ne saurais voir (Mediatrap) et François Asselineau: «Vous connaissez l'UPR?» (L'air de la campagne).



Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale