Qui veut la guerre en Macédoine?

Jeudi après-midi, des gros bras du parti nationaliste se sont introduits dans le Parlement macédonien. Une centaine de personnes a été blessée, dont dix députés, avant que les unités spéciales de la police n’évacuent le bâtiment. Après des mois de crise politique, la Macédoine va-t-elle sombrer dans la guerre civile, au risque d’entraîner tous les Balkans ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Zoran Zaev, le chef de l’Alliance sociale-démocrate de Macédoine (SDSM), évacué le visage et la chemise maculés de sang, une autre élue sociale-démocrate, Radmila Sekerinska, traînée par les cheveux, le député Zijadin Sila, du petit parti de l’Alliance des Albanais, grièvement atteint, qui se débat toujours entre la vie et la mort… Jeudi après-midi, le Sobranié, le Parlement de Macédoine, a été le théâtre de véritables scènes de lynchage. Plus d’une centaine de militants du mouvement Pour une Macédoine unie a fait irruption dans l’hémicycle vers 17 heures, juste après l’élection de Talat Xhaferi, du parti albanais de l’Union démocratique pour l’intégration (BDI), à la présidence de l’Assemblée, alors que celui-ci était en train de prêter serment sous la bronca des députés nationalistes du VMRO-DPMNE, qui entonnaient des chants patriotiques, tout en dénonçant un « coup d’État ».