International Analyse

Qui veut la guerre en Macédoine?

Jeudi après-midi, des gros bras du parti nationaliste se sont introduits dans le Parlement macédonien. Une centaine de personnes a été blessée, dont dix députés, avant que les unités spéciales de la police n’évacuent le bâtiment. Après des mois de crise politique, la Macédoine va-t-elle sombrer dans la guerre civile, au risque d’entraîner tous les Balkans ?

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Zoran Zaev, le chef de l’Alliance sociale-démocrate de Macédoine (SDSM), évacué le visage et la chemise maculés de sang, une autre élue sociale-démocrate, Radmila Sekerinska, traînée par les cheveux, le député Zijadin Sila, du petit parti de l’Alliance des Albanais, grièvement atteint, qui se débat toujours entre la vie et la mort… Jeudi après-midi, le Sobranié, le Parlement de Macédoine, a été le théâtre de véritables scènes de lynchage. Plus d’une centaine de militants du mouvement Pour une Macédoine unie a fait irruption dans l’hémicycle vers 17 heures, juste après l’élection de Talat Xhaferi, du parti albanais de l’Union démocratique pour l’intégration (BDI), à la présidence de l’Assemblée, alors que celui-ci était en train de prêter serment sous la bronca des députés nationalistes du VMRO-DPMNE, qui entonnaient des chants patriotiques, tout en dénonçant un « coup d’État ».

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Outre-mer — Reportage
par Julien Sartre
Asie — Reportage
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec

Nos émissions