Sans la Révolution, il aurait peut-être continué à couler une retraite paisible à Damas aux côtés d’anciens mercenaires peu recommandables de la lutte anti-impérialiste et son nom serait probablement resté aux oubliettes de l’histoire de l’extrême gauche radicale.