Emmanuelle Avril: «La manœuvre de Boris Johnson touche au cœur de la démocratie britannique»

Par

Spécialiste de la vie politique du Royaume-Uni, Emmanuelle Avril analyse la décision prise par le premier ministre de suspendre le Parlement pour une durée anormalement longue, à quelques semaines du Brexit. Elle souligne le décalage entre sa faible légitimité et sa prétention à accomplir la volonté populaire. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis l’annonce par Boris Johnson, le premier ministre conservateur, de la suspension du Parlement britannique pour cinq semaines, entre le 9 septembre et le 14 octobre, les réactions s’enchaînent et la controverse grossit. Alors qu’une sortie de l’Union européenne « sans deal » pourrait avoir lieu le 31 octobre, les députés n’auront que quelques jours de débat pour se prononcer sur la situation.