Les Egyptiens boudent des élections verrouillées par Sissi

Alors que des élections législatives se tiennent en deux phases en Égypte, presque sans opposition, la popularité du maréchal commence à faiblir. Cependant, le pouvoir continue de jouer sur la rhétorique de la peur et la crainte de l'instabilité.

Nadia Blétry

29 octobre 2015 à 07h14

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre correspondante au Caire (Égypte).- À Imbaba, un quartier populaire du Caire, des hommes d’une cinquantaine d’années jouent au backgammon à la terrasse d’un café. Quand on leur demande s’ils se sentent concernés par les élections législatives qui se tiennent en ce moment en Égypte (élections en deux phases qui se déroulent du 17 octobre au 2 décembre), les visages se crispent. L’un des joueurs tente une réponse avant que son adversaire ne se mette à hurler : « Pourquoi tu mens ? Pourquoi tu racontes que tu vas voter alors que ces élections sont une farce ? » L’homme en colère, portant sur le front la callosité qui marque son assiduité à la prière, invective les personnes présentes. « La dernière fois que j’ai voté, c’était en 2012, pour les Frères musulmans. Pour élire Mohamed Morsi président de la République. Il a été élu démocratiquement et renversé par l’armée. Depuis, je considère que la légitimité des urnes n’a plus de sens dans ce pays. En Égypte, on nous a privés de politique », crie ce sympathisant de la confrérie des Frères musulmans, une organisation décrétée terroriste en décembre 2013. Et il ne croit pas si bien dire. Derrière lui, un homme attablé au café téléphone à voix basse. Ce citoyen ordinaire organise la censure pour veiller à ce que la parole politique ne circule pas : il alerte le commissariat voisin et demande à la police d’intervenir pour mettre un terme au débat. Parler politique, y compris dans un café, est devenu une atteinte à un pouvoir qui ne souffre aucune contradiction. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Chômage
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Santé — Analyse
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Les nouvelles liaisons dangereuses de Sarkozy avec le Qatar
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Europe — Reportage
Après la victoire de Giorgia Meloni, les féministes veulent réveiller l’Italie
L’accession au pouvoir du parti post-fasciste Fratelli d’Italia, de ses idées racistes, de sa culture patriarcale et de son homophobie décomplexée, fait craindre le pire en Italie. Le pays enregistre déjà un lourd retard en matière de droits des femmes. Mais une nouvelle génération entend bousculer l’ordre établi.
par Ellen Salvi