«Trump a libéré une parole anti-musulmans»

Par

Pour l’historienne Sally Howell, spécialiste de l’islam américain, le candidat républicain Donald Trump a libéré la parole islamophobe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’image des attaques perpétrées ces derniers mois contre une centaine de mosquées, les violences anti-musulmans explosent aux États-Unis. Dans un entretien au journal Le Monde, l’historienne Sally Howell, spécialiste de l’islam américain, fait le lien avec le candidat républicain Donald Trump et cette islamophobie galopante. « Donald Trump, promettant dans un premier temps d’interdire l’accès du territoire américain aux musulmans, puis finalement, dans un second temps, aux ressortissants de pays où ­sévit le terrorisme islamiste, a libéré une parole anti-musulmans et provoqué une vague d’islamophobie comme le pays n’en avait jamais connu. Même après le 11 septembre 2001. »