En Algérie, le scénario du report de la présidentielle est de plus en plus plausible

Par

La perspective d’un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika semble de plus en plus incertaine tant le président algérien apparaît affaibli par la maladie. Toutes les spéculations sont permises, y compris un report de la présidentielle et un prolongement de son mandat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était le 1er novembre dernier dans le plus grand cimetière du pays, à l’heure de la célébration du déclenchement de la guerre d’indépendance face au colon français, de « la Toussaint rouge » de 1954. Devant la tombe des martyrs d'El-Alia, dans la banlieue d’Alger, la télévision nationale zoome sur le président Abdelaziz Bouteflika, offrant au monde entier un gros plan désastreux : un dirigeant de 81 ans qui ne tient plus qu’à la sangle de son fauteuil roulant, tel un malade en fin de vie obligé de sortir dans le parc de l’hôpital pour prendre l'air.