Les forces pro-Kadhafi regagnent du terrain

Par
Les événements de ce mercredi. Alors que les forces loyales à Mouammar Kadhafi ont regagné du terrain mardi face aux insurgés dans l'est de la Libye, Paris et Washington évoquent une aide militaire aux rebelles. Le président syrien, Bachar al-Assad, s'est exprimé face au Parlement, dénonçant «la conspiration» dont son pays serait l'objet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

LIBYE Alors que la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont évoqué l'éventualité de fournir aux insurgés libyens une aide militaire, les forces pro-Kadhafi continuaient ce mercredi de progresser vers l'est du pays, reprenant le contrôle du site pétrolier de Ras Lanouf et de la ville de Brega. Ils auraient également mené une nouvelle offensive à Misrata, au lendemain d'une attaque meurtrière ayant fait 18 morts. Selon un porte-parole des rebelles, cité par Reuters, le blocus du port de cette ville située à l'est de Tripoli aurait été levé, permettant ainsi à deux navires de débarquer de l'aide humanitaire et d'évacuer des blessés. Par ailleurs, un journaliste de l'AFP a rapporté qu'un raid aérien contre les forces du dirigeant libyen avait été mené peu avant 15h00 GMT, à l'ouest d'Ajdabiya. Il s'agit du premier depuis deux jours. Dans un communiqué publié par l'agence officielle Jana, le régime du colonel Kadhafi a menacé de poursuites toute compagnie pétrolière qui conclurait un accord pétrolier avec la rébellion, qui contrôle des sites pétroliers dans l'est du pays.