Migrants: à nouveau en première ligne, l’Italie rode ses «hotspots»

Par Mathilde Auvillain

Mediapart s'est rendu en Sicile pour comprendre comment sont accueillis les migrants débarquant sur ses côtes. Tous sont conduits vers des centres d'enregistrement, les hotspots, où les empreintes digitales peuvent être prises de force.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sicile, de notre envoyée spéciale.- « Il est interdit de regarder. » En éconduisant les curieux qui veulent « juste regarder », les soldats, postés devant les grilles du hotspot de Pozzallo, au sud de la Sicile, ont conscience de l’absurdité des règles qu’ils sont tenus de faire respecter. De l’autre côté des grillages, à quelques dizaines de mètres, de jeunes hommes font signe de la main. Ils se trouvent à l'intérieur d'un de ces centres où les exilés tout juste débarqués en Italie – 37 363 personnes depuis le début de l'année selon l'Organisation internationale pour les migrations – sont enregistrés et “triés” selon qu'ils sont considérés comme demandeurs d'asile ou migrants économiques.