Après plus d’un an de détention, l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri est libre

Par

L’emprisonnement de l’avocat de 33 ans s’est fait sans charge ni inculpation : il relevait de la « détention administrative », un régime critiqué par les organisations de défense des droits humains. Pour les défenseurs d’Hamouri, Israël cherche l’intimidation des militants palestiniens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après plus d’un an passé en détention arbitraire dans une prison israélienne du désert du Néguev, l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri a été libéré dimanche 30 septembre 2018. Il avait été interpellé par la police israélienne le 23 août 2017, trois jours après avoir passé l’examen du barreau palestinien puis, sans avoir été inculpé ni informé des charges pesant contre lui, emprisonné sous le régime de la « détention administrative ». Ce régime découle d’une loi remontant au mandat britannique sur la Palestine, qui permet d’incarcérer toute personne susceptible de « menacer la sécurité de l’État israélien » : un juge prend seul la décision, lors d’une audience à huis clos, en se fondant sur l’avis du Shabak, le service de renseignement intérieur, sans que l’accusé ne soit informé des suspicions contre lui.