Europe: les périls de la rhétorique des blocs de Macron

Par

Démocraties « libérales » contre régimes « illibéraux », « progressistes » contre « populistes » : la ligne de partage tracée par Emmanuel Macron pour structurer la politique européenne avant les élections de mai 2019 est trop simpliste pour être pertinente. Premier volet d’une série d’articles consacrés à cette grille d’analyse, qui masque les alternatives à l’Europe néolibérale d’aujourd'hui.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il avait déjà testé ce clivage lors de l’entre-deux-tours de la présidentielle l’an dernier, face à Marine Le Pen. Emmanuel Macron s’apprête à refaire le coup, à l’approche des européennes de mai 2019, en mettant en scène une opposition simpliste : lui serait le tenant des démocraties libérales, face aux « illibéraux » emmenés par le Hongrois Viktor Orbán.