A Damas, dans l'attente de frappes aériennes

Par

Depuis l'annonce d'une possible intervention occidentale, le régime al-Assad a entrepris de déplacer troupes et armements. Les différentes factions de l'opposition et une partie de la population redoutent le déclenchement d'une stratégie de la terreur par le régime syrien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Allons-nous voir la fin d’un tunnel de plus de deux ans et demi ? Vont-ils cette fois frapper comme ils le disent ? Pour changer ou non le rapport de force ? Tout ce que l’on souhaite c’est de mettre fin aux tueries » : Amr est basé à Daraya. Comme bien d'autres Syriens, il est dans l’expectative, où l’épuisement se mêle à l’illusion. « Nous attendons ces frappes avec un optimisme prudent », dit ce militant de l'opposition.