En Allemagne, le nouveau salaire minimum est mité de toutes parts

Par

Un salaire minimum universel de 8,50 euros brut de l’heure entre en vigueur le 1er janvier 2015, dix ans jour pour jour après l’arrivée de « Hartz IV », cette fusion de l’allocation chômage et de l’aide sociale censée pousser les chômeurs à trouver du travail à n'importe quel prix. Plusieurs exceptions de taille risquent cependant de sérieusement limiter l'effet correctif du SMIC allemand.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondant à Berlin.- Le Cassandre libéral allemand a mis ses concitoyens en garde dès le mois de mars 2014 : « L’introduction du salaire minimum à partir de 2015 va coûter jusqu’à 900 000 emplois », avait alors prédit le très médiatique professeur munichois Hans-Werner Sinn, président de l’Institut d’études économiques IFO, qui a toujours mené campagne contre un salaire minimum général imposé par la loi. Pour l’instant, cette prédiction catastrophe ne semble pas sur le point de se réaliser : « Nous ne disposons d’aucun élément sérieux montrant que les entreprises se préparent à licencier en masse », infirme Joachim Moller, président de l’IAB, le centre d’études de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA).