Dossier Les taupes de la lutte antiterroriste

© Ulys

Être infiltré au cœur de l’État islamique pour informer l'État français, c'est possible. Mais parmi ceux qui revendiquent ce statut, certains ont joué un rôle parfois trouble.

Le suspect, la DGSI et la bombe qui n’a pas explosé

Capture d’écran d’une des vidéos intitulées «Sylverdine» sur lesquelles A. Abbari apparaît portant un keffieh et un masque.
La chambre de l’instruction doit statuer sur le cas d’un homme accusé d’avoir voulu commettre un attentat dans un immeuble parisien. Cet individu assure avoir été un indic de la DGSI. Enquête sur un cas atypique dans l’histoire de la lutte antiterroriste.

L’imam Bassam Ayachi, jugé dans une affaire de terrorisme, renseignait les services secrets

Terrorisme

Bassam Ayachi, en 2015. © Photo Cat & Cie
Souvent soupçonné mais jamais condamné, le religieux fondamentaliste fait de nouveau face à la justice début avril, pour son activité pendant ses années passées en Syrie. Sauf que pendant cette période, il transmettait des informations aux renseignements français et belge. Mediapart retrace le parcours d’un homme insaisissable.

«Abominor»: l’histoire d’une taupe française au cœur de l’Etat islamique

Terrorisme

« Donner, ce n’est pas mon truc. Je suis un homme ! » © Ulys
Mediapart révèle le rôle joué par l’espion français infiltré au cœur de l’État islamique. Un simple citoyen de confession musulmane qui a empêché deux attentats, dont un visant la communauté juive.

Comment un infiltré a berné des « patriotes » qui projetaient des attentats islamophobes

Terrorisme

Fin mars 2018, A.F.O. organise un week-end d'entrainement paramilitaire à Chablis. © DR
Un agent infiltré a permis de démanteler AFO, cette cellule d’ultradroite qui planifiait l’empoisonnement des rayons d’alimentation halal des supermarchés. Treize infiltrations ont été réalisées par l’antiterrorisme depuis 2018. Dernier volet de notre série.