«Hôtel Echo», les mots pour dire la violence domestique

Par Tënk & Mediapart

Deux femmes, deux sentinelles installées dans une tour de guet en Ardèche cherchent les fumées qui annoncent les départs de feux. Comment observer, nommer, pour prévenir ou alerter ? Cet apprentissage remet en mémoire une histoire de violence domestique dont les signes sont aussi difficiles à observer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Éléonor Gilbert, la réalisatrice, qui est aussi une des deux guetteuses, livre là un film très subtil. Tout commence comme dans un conte, puis s’élève en haut d’une tour d’observation, où le paysage paisible peut cacher de réels dangers. Pour les prévenir, il faut un langage commun, simple et précis, quelques outils rudimentaires, mais surtout une acuité du regard. On reste dans la tour et dans ces chemins de montagne mais, doucement, Éléonor Gilbert nous amène à nous interroger : et si c’était cela qui nous manquait, un savoir-voir et savoir-dire, pour porter secours aux femmes victimes de violence domestique ?