«La Capture», l’autre passion de Pierre Bergounioux

Par Tënk & Mediapart

On le connaît surtout pour ses Carnets de notes ou, parmi ses quelque 60 romans ou essais, Miette ou La Bête faramineuse. Mais Pierre Bergounioux sadonne dans sa Corrèze natale à une autre passion : lentomologie. La capture des insectes est, dit-il dans ce documentaire de Geoffrey Lachassagne, « une quête qui comporte un peu de cruauté qui, [il l]espère, [lui] sera pardonnée ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Pierre collecte avec une égale férocité les choses et les mots pour les dire, la ferraille, les insectes, tout, écrit le réalisateur de ce documentaire, Geoffrey Lachassagne. Nous sommes partis ensemble sur le plateau de Millevaches. Je lui avais demandé d’y capturer pour nous ses insectes préférés : un scarabée, un papillon, des hoplies… Nous avions dix jours. C’était le mois de juin, il aurait dû faire beau, les insectes auraient dû pulluler. Mais ç’aurait été trop beau, trop facile. »