«Le Champ des visions» ou l’art de filmer les insectes

Par Tënk & Mediapart

À travers des légendes, des souvenirs personnels ou des textes d’écrivains, le réalisateur belge Boris Van der Avoort pose la question du rapport complexe des humains aux insectes. Entre fascination et répulsion.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il observe à la loupe nids de guêpes et fourmilières. Dans Le Champ des visions, le réalisateur belge Boris Van der Avoort, intrigué depuis l’enfance par le monde des insectes, convoque des légendes, des souvenirs et des textes d’écrivains, avec force érudition, pour poser la question du rapport des humains aux insectes. Entre fascination et répulsion. « Une promenade d’anthologie pour l’entomologiste qui sommeille en chacun de nous », écrit notre partenaire Tënk.