Sur les montagnes sibériennes, un goût de liberté

Par Tënk & Mediapart

C’est un endroit où depuis 150 ans on vient faire la fête, se balader, escalader et chanter. Non loin de Krasnoïarsk, dans la Sibérie occidentale, le réalisateur Alexander Kusnetsov partage, sur ce « Territoire de la liberté », la vie d’un groupe d’alpinistes qui viennent ici vivre « les lois simples de l’amitié et de l’hospitalité ». Et incidemment faire la nique à Poutine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il suffit d’un petit badge accroché sur un pull, « Pour une Russie sans Poutine », pour glisser discrètement au spectateur un indice : le film a été tourné il n’y a pas bien longtemps dans le parc national des Stolbys, et les alpinistes bons vivants et particulièrement originaux qu’on y croise peuvent aussi être des rebelles. Dans ce Territoire de la liberté, le réalisateur, Alexander Kusnetsov, nous plonge dans un autre monde, où il n’y a ni eau courante ni électricité, où les clairs-obscurs réchauffent les corps et les chants, et où les plus foutraques de ces grimpeurs partagent une certaine idée de la liberté, faite d’amitié et de solidarité.