«Autant choisir le moindre mal»

Dans l’Est parisien, Alain Juppé est arrivé en tête de la majorité des bureaux de vote lors du premier tour de la primaire de la droite et du centre dimanche dernier. Un résultat à contre-courant de la dynamique nationale et du succès surprise de François Fillon. Dans ces quartiers à majorité socialiste, le vote important d’électeurs de gauche en faveur du maire de Bordeaux pour éliminer Nicolas Sarkozy peut expliquer cette tendance. Ce dimanche, à l’occasion du second tour, Mediapart est allé à la rencontre de ceux qui viennent s’opposer au nouveau favori.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Lors du premier tour, ils étaient environ 600 000 électeurs de gauche à s’être déplacés pour voter dans une primaire qui n’était pas la leur, souvent pour faire barrage à Nicolas Sarkozy, en votant Alain Juppé. L’ancien chef de l’État éliminé, c’est désormais François Fillon, par son libéralisme et son conservatisme, qui fait figure d’épouvantail.

Voir tous les portfolios