A Bruxelles, moments de répit pour des exilés en transit

Un vaste mouvement de solidarité s’est noué depuis septembre autour du parc Maximilien, zone de refuge pour les migrants de passage à Bruxelles. Cours de langue, distribution de nourriture, hébergement : la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, qui compte 40 000 inscrits sur sa page Facebook, tente de coordonner ces missions d’urgence. Mediapart a demandé à Rozenn Quéré de documenter cet élan d’hospitalité depuis l’intimité de plusieurs intérieurs – dont le sien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Décembre 2017. Les vieux en visite à Bruxelles viennent de partir. Je change les draps de la chambre d’amis. Des draps propres, pour qui ? On m’a parlé la veille de ce groupe Facebook « Hébergement plateforme citoyenne ». Je vois qu’un Saint-Gillois [Saint-Gilles est l’une des 19 communes de la région de Bruxelles – ndlr] y cherche un « relais » pour ses deux « chouettes invités ». Message envoyé, on peut prendre le relais ! Deux heures plus tard, le bonhomme sonne, me présente ses deux invités soudanais, Adam* et Wassim*, candidats pour l’Angleterre comme la plupart de leurs camarades de galère. Adam* et Wassim* retirent leurs chaussures, boivent un café sucré et entrent le code wi-fi dans leur téléphone.

    * Tous les prénoms ont été changés.

Voir tous les portfolios