A Dubaï, jouir d’un «fake» monde

Par

À Dubaï, ultime terrain de jeu de la mondialisation et du capitalisme où tous les excès rivalisent, le photographe belge Nick Hannes s’est concentré sur l’industrie du divertissement. Avec une pointe d’ironie qui jamais ne vire au rire gras d’un Martin Parr, Nick Hannes a su saisir les sempiternels clichés du bonheur, la désespérante vacuité des lieux et l’écrasante pauvreté de cet imaginaire. Tout semble absurde et pourtant hyperréel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. 2 janvier 2018. Le Jebel Ali Al Sahra Desert Resort et son centre équestre d’inspiration bédouine, à la nuit tombante.

Voir tous les portfolios