La détresse des guides-conférencières

Par

Depuis mars 2020, le tourisme s’est éteint et les guides, majoritairement des femmes, se sont retrouvées sans travail. Elles entament une deuxième saison blanche. Les aides ne sont pas automatiques : très peu sont en CDI. La plupart sont en CDD dits d’usage, avec des contrats très courts, et multiplient les employeurs. Elles souhaiteraient que cette crise permette de reconnaître vraiment leur profession. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. À Paris, place des Invalides, le 14 décembre 2020. Au milieu des restaurateurs et hôteliers, on reconnaît vite les guides-conférencières. Elles brandissent leur carte professionnelle, comme un SOS. Jusqu’en 2014, les guides-conférenciers bénéficiaient du régime des intermittents du tourisme, disparu depuis dans les limbes de la déréglementation.

Voir tous les portfolios