La vie dans Phnom Penh sous les eaux

Par

Ly Min, né en 1977, est un photographe amateur. Amateur, parce qu’i
l ne peut consacrer tout son temps à la photographie et doit gagner sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille. Son point de vue sur les inondations est tout à fait original. Depuis son balcon, utilisant l’eau comme un fond noir – mais empli de détails –, il saisit de petites scènes de cette vie ralentie par la montée des eaux. Comme une forme de théâtre de la vie quotidienne. Pourtant, nous dit-il, « l'urbanisation de Phnom Penh fait que le Mékong sort de plus en plus souvent de son lit, et pas seulement pendant la saison des pluies. Depuis 2011, les effets du changement climatique rendent les crues de plus en plus fortes ». Les photographies de Ly Ming sont exposées jusqu’au 18 novembre au festival Photo Phnom Penh, rendez-vous important de la photographie en Asie du Sud-Est.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Début de journée. Chacun rivalise de débrouillardise pour se rendre au travail ou à l’école. Toutes les photos ont été prises entre 2016 et 2017.

Voir tous les portfolios