Les larmes de joie des Fralib

Par

Après 1 336 jours de lutte, les salariés de Fralib ont obtenu en partie gain de cause. Après trois ans d'occupation de leur usine à Géménos (Bouches-du-Rhône), les salariés ont signé à l'unanimité le 25 mai un protocole d'accord avec le groupe Unilever (Lipton, Éléphant). L'accord ouvre la voie à la reprise de l'activité de l'usine par une soixantaine d'anciens salariés sous forme de Scop. Notre reporter était là.

Sur ce thème, voir aussi nos autres portfolios :
Le pari scop des ouvriers glaciers

Acome, l'usine aux mille associés
,
Les derniers jours des ex-Lejaby

et En Argentine, le défi de “l'usine sans patron”.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Les Fralibs écoutent le compte-rendu de la négociation lors d’une assemblée générale dans l’usine. Depuis trois ans et demi, ils étaient devenus les symboles de la lutte contre le capitalisme financier.

Voir tous les portfolios