«Peut-être que l’on assistera au Printemps de Paris!»

11 photos

Sur la place de la République à Paris samedi soir, ils étaient plusieurs centaines à braver la pluie et à se rassembler, pour la dixième « Nuit debout » consécutive. Venus en famille, avec des amis, ou entre militants, ils disent tous leur envie de se battre, bien au-delà de la loi El Khomri, leur joie de se retrouver autour d'un ras-le-bol commun et de voir la société se mobiliser, enfin, après des mois d'apathie. Paroles de « Deboutistes ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © AP

    Aline Popel, travailleuse sociale, 63 ans, et Malika Zediri, au chômage, 55 ans. « On n'est arrivées que ce soir pour des raisons pratiques, mais on voulait se bouger dès le début du mouvement. La loi El Khomri est bien sûr l’objectif premier, l’élément rassembleur. Mais en réalité, c'est l'ensemble du pays qui est coincé, la situation des chômeurs le montre bien… Il faut recréer et ressouder la gauche : on nous la fait à l’envers sur toutes les questions sociales, sur les Roms, les banlieues ou le logement. On vit dans une société du rejet : le rejet des ''sans'' et des ''trop''. Comment est-ce que l’on pourrait avoir envie de bosser ? Il n’y a aucune considération pour les travailleurs ! Et les précaires, aujourd’hui, doivent se justifier de leur volonté de sortir de la pauvreté ! Grâce aux ''Nuits debout'', on se reparle enfin, on invente ensemble, il y a des idées qui émergent. C'est normal : ce n’était plus possible que les gens restent seuls ! Ici on essaie de refaire peuple ensemble, on crée quelque chose qui interpelle tout le monde, qui ne peut laisser indifférent. Tout ça promet un joli mois de mai ! »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 19 photos
par Natela Grigalashvili
Portfolio — 27 photos
par La rédaction de Mediapart

À la Une de Mediapart

Journal — International
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — International
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti conservateur n’ont guère d’idées face à la crise inflationniste qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — International
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir