«Peut-être que l’on assistera au Printemps de Paris!»

11 photos

Sur la place de la République à Paris samedi soir, ils étaient plusieurs centaines à braver la pluie et à se rassembler, pour la dixième « Nuit debout » consécutive. Venus en famille, avec des amis, ou entre militants, ils disent tous leur envie de se battre, bien au-delà de la loi El Khomri, leur joie de se retrouver autour d'un ras-le-bol commun et de voir la société se mobiliser, enfin, après des mois d'apathie. Paroles de « Deboutistes ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © AP

    Aline Popel, travailleuse sociale, 63 ans, et Malika Zediri, au chômage, 55 ans. « On n'est arrivées que ce soir pour des raisons pratiques, mais on voulait se bouger dès le début du mouvement. La loi El Khomri est bien sûr l’objectif premier, l’élément rassembleur. Mais en réalité, c'est l'ensemble du pays qui est coincé, la situation des chômeurs le montre bien… Il faut recréer et ressouder la gauche : on nous la fait à l’envers sur toutes les questions sociales, sur les Roms, les banlieues ou le logement. On vit dans une société du rejet : le rejet des ''sans'' et des ''trop''. Comment est-ce que l’on pourrait avoir envie de bosser ? Il n’y a aucune considération pour les travailleurs ! Et les précaires, aujourd’hui, doivent se justifier de leur volonté de sortir de la pauvreté ! Grâce aux ''Nuits debout'', on se reparle enfin, on invente ensemble, il y a des idées qui émergent. C'est normal : ce n’était plus possible que les gens restent seuls ! Ici on essaie de refaire peuple ensemble, on crée quelque chose qui interpelle tout le monde, qui ne peut laisser indifférent. Tout ça promet un joli mois de mai ! »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 14 photos
par Maïté Baldi / Hans Lucas
Portfolio — 16 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal — France
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal — France
Rénovation thermique des bâtiments : les bailleurs sociaux à la peine
Un rapport que vient de publier l’Agence nationale de contrôle du logement social montre que seuls 6,8 % du parc social ont fait l’objet d’une rénovation thermique ces dernières années, avec des résultats en matière de performances énergétiques encore très insuffisants.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Comment le Parti des travailleurs s’est fait détester
L’« antipétisme », ce sentiment de rejet du PT, s’est peu à peu généralisé au Brésil, nourri par ses erreurs, la conjoncture et les manipulations de ses adversaires. Toujours diffus dans la société, il reste aujourd’hui le meilleur atout de Jair Bolsonaro. 
par Jean-Mathieu Albertini