Dans les camps de réfugiés sahraouis, « on n’en peut plus »

18 photos

Depuis le retrait du colonisateur espagnol en 1976, le Sahara occidental est au cœur d’un conflit entre le Maroc et le Front Polisario, soutenu par Alger. Alors que le cessez-le-feu vieux de trente ans a été brisé et que les tensions s’aggravent encore entre les deux grands États du Maghreb, reportage dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf où « on n’en peut plus ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Arnaud Marin

    Camp de Boujdour, octobre 2021. Pour le Maroc, ils sont les « séquestrés », les « prisonniers », les « esclaves » du Front Polisario, le mouvement indépendantiste sahraoui et de son principal soutien et hôte, l’Algérie. Pour l’organisation des Nations unies (l’ONU), ils subissent l’une des pires crises de réfugiés au monde. Depuis quarante-six ans, dans un désert inhospitalier de sable et de rocaille à l’extrême sud-ouest de l’Algérie (la hamada de Tindouf), des dizaines de milliers d’exilés sahraouis – plus de 173 000 selon le haut-commissariat aux réfugiés – attendent de retrouver un jour leurs terres du Sahara occidental, ce territoire non autonome selon l’ONU, au cœur d’un conflit encalminé opposant le Front Polisario au Maroc (lire ici notre reportage)

    « Dans un désert magique pour des touristes, pas pour croupir un demi-siècle », rage un Sahraoui, ils attendent le référendum d’autodétermination promis en 1991 par les Nations unies qui, trente ans plus tard, semble relever de la chimère, tant le conflit est dans l’impasse et le Maroc catégoriquement opposé à cette option. Condamnés à un exode sans fin, ils survivent de l’aide humanitaire, dispersés dans cinq camps battus par les vents, qui portent tous un nom en référence à une localité du Sahara occidental. Une dispersion pensée selon les ressources en eau mais aussi dans un souci défensif en cas de bombardements.

    Ces campements ont une particularité qui les distingue des autres camps de réfugiés à travers le monde : ils sont administrés non pas par le pays hôte mais par une république en exil, la République arabe sahraouie démocratique (Rasd) proclamée le 27 février 1976 et reconnue à ce jour par une trentaine de pays essentiellement africains (contre plus du double dans les années 90). Les autorités de la Rasd exercent ainsi les pouvoirs administratif, judiciaire, policier, militaire et politique. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — International
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal — Économie et social
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard