Saint-Briac-sur-Mer: ses riches propriétaires, son chemin littoral

Par

Au nom de l’intérêt général, depuis 1976, chaque propriétaire d’une maison de bord de mer doit accorder, sur une bande de trois mètres, un libre passage aux piétons. Depuis près de quarante ans, à Saint-Briac-sur-Mer (Ille-et-Vilaine), malgré les arrêtés préfectoraux, une vingtaine de riches propriétaires s’y refusent, à coups de procédures interminables contre l’État et les associations de promeneurs. L’affaire est encore une fois en appel mais, depuis le 28 février dernier, les piétons peuvent enfin emprunter le sentier littoral. Parmi ces familles fortunées, la famille Forbes dont le petit-fils, John Kerry, secrétaire d’État de Barack Obama, est aussi cousin de Brice Lalonde, ancien ministre François Mitterrand, et... maire de Saint-Briac-sur-Mer de 1995 à 2008.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. La plage de la Petite Salinette à Saint-Briac-sur-Mer, février 2019. En fond, la pointe des Essarts où se trouve la majorité des propriétaires qui rechignaient à laisser aux promeneurs un corridor de trois mètres le long de la côte. Peu d’hôtels, pas de camping, à Saint-Briac, le tourisme est le fait de gens fortunés (dont l’héritier d’une société de transports domiciliée au Panama) qui possèdent une résidence secondaire aux volets clos dix mois sur douze.

Voir tous les portfolios