Vivre à Naples et mourir, empoisonné

Par

Autrefois parmi les plus fertiles d'Europe, les terres comprises entre Naples et la province de Caserte sont aujourd'hui encombrées de dizaines de millions de tonnes de déchets industriels et radioactifs toxiques, venus du Nord de l’Italie et de l’Europe. Le gouvernement italien a durant des années fermé les yeux devant les trafics des organisations mafieuses dont la Camorra, laissant les fumées, le plomb, le nickel... empoisonner l’air et l’eau. En 2013, la levée du secret sur les confessions du camorriste Carmine Schiavone a révélé l’ampleur des trafics de déchets. Depuis, Massimo Berruti n’a constaté aucun progrès, et si les autorités parviennent à fermer des décharges illégales, il s’en découvre toujours davantage.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Naples, juillet 2016. Des Roms regardent leur camp, entouré de fumée toxique provenant de feux de déchets.

Voir tous les portfolios