Gwenaelle Lenoir

Ses Derniers articles

  • Soudan : la guerre du Darfour n’est pas finie

    Par
    Dans le camp de déplacés d'Abou Chouk. © Photo Gwenaelle Lenoir pour Mediapart Dans le camp de déplacés d'Abou Chouk. © Photo Gwenaelle Lenoir pour Mediapart

    Le coup d’État militaire du 25 octobre 2021, qui a mis fin à la transition démocratique, a renforcé l’instabilité et l’insécurité dans un pays de nouveau en proie à la violence. L’échec de l’accord de paix signé un an avant le putsch est patent.

  • Soudan : sous la botte des militaires, une résistance sociale et démocratique

    Par
    Lors de la marche du 19 décembre 2021 vers le Palais Présidentiel Soudanais à Khartoum. © Photo Gwenaelle Lenoir pour Mediapart Lors de la marche du 19 décembre 2021 vers le Palais Présidentiel Soudanais à Khartoum. © Photo Gwenaelle Lenoir pour Mediapart

    La mobilisation populaire contre le coup d’État militaire du 25 octobre se poursuit avec les mêmes exigences : un pouvoir purement civil et la fin du partenariat avec les généraux. Malgré la répression, les tenants de la démocratie s’organisent. Une nouvelle marche nationale est prévue le 25 décembre.

  • Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé

    Par
    Des jeunes femmes manifestent le 21 novembre, jour de l’accord entre les militaires et Abdallah Hamdok qui rétablit celui-ci dans ses fonctions de premier ministre. © GL Des jeunes femmes manifestent le 21 novembre, jour de l’accord entre les militaires et Abdallah Hamdok qui rétablit celui-ci dans ses fonctions de premier ministre. © GL


    En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.

  • Soudan : un cran de plus dans la répression

    Par
    Inas, jeune informaticienne, brandit une pancarte « Le peuple est le plus fort. Le retour en arrière est impossible ». © Gwenaëlle Lenoir pour Mediapart Inas, jeune informaticienne, brandit une pancarte « Le peuple est le plus fort. Le retour en arrière est impossible ». © Gwenaëlle Lenoir pour Mediapart

    Au moins sept personnes ont été tuées samedi au Soudan, lors des marches organisées par les opposants au coup d’État. La junte était bien décidée à empêcher une forte mobilisation, comme celle du 30 octobre, cinq jours après le putsch. Reportage dans la capitale.

  • En Tanzanie, le mirage de la compensation carbone

    Par
     © Photo Gwenaelle Lenoir pour Mediapart © Photo Gwenaelle Lenoir pour Mediapart

    À la fin des années 1990, une entreprise norvégienne s’implantait dans le sud-ouest de la Tanzanie pour y planter des arbres afin, disait-elle, de participer à la lutte contre le changement climatique et de promouvoir un développement durable des communautés villageoises. Mais ce conte de fées écologique s’est révélé un miroir aux alouettes.

  • Les Soudanais sont entrés en résistance face au coup d’État

    Par
    A Khartoum, le 25 octobre 2021. © Photo AFP A Khartoum, le 25 octobre 2021. © Photo AFP

    Une « marche du million », qui vise à rassembler un million de manifestants, est programmée pour le samedi 30 octobre. La population n’entend pas se laisser confisquer la jeune démocratie soudanaise et se mobilise contre les militaires putchistes.

  • Biodiversité : en Tanzanie, le parc qui cache le barrage

    Par
    Des antilopes dans la réserve de Selous en Tanzanie, en 2010. © Photo Frédèric Soreau / Photononstop via AFP Des antilopes dans la réserve de Selous en Tanzanie, en 2010. © Photo Frédèric Soreau / Photononstop via AFP

    Les aires protégées sont l’un des sujets centraux du congrès annuel de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), organisé à Marseille. Exemple en Tanzanie, avec un parc national récemment créé : grand comme la Belgique, il est déjà menacé par la construction d'un barrage hydroélectrique.

  • Soudan du Sud : une décennie qui a tué l’espoir

    Par
    Une déplacée de l’ethnie Murle recevant de l’aide du programme alimentaire mondial des Nations unies dans un camp du Soudan du Sud le 10 juin 2021. © Simon Wohlfahrt/AFP Une déplacée de l’ethnie Murle recevant de l’aide du programme alimentaire mondial des Nations unies dans un camp du Soudan du Sud le 10 juin 2021. © Simon Wohlfahrt/AFP

    Plus jeune État du globe, le Soudan du Sud est né il y a tout juste dix ans, sous les flonflons et les vivats émus de la communauté internationale. Devenu indépendant après l’une des guerres les plus longues d’Afrique – vingt-deux ans –, il est aussi le plus corrompu au monde, à égalité avec la Somalie.

  • Le fragile espoir des monts Nouba, région martyre du Soudan

    Par
    Mary James, engagée dans le SPLM (Mouvement de libération des peuples du Soudan) depuis 1984. © Gwenaëlle Lenoir Mary James, engagée dans le SPLM (Mouvement de libération des peuples du Soudan) depuis 1984. © Gwenaëlle Lenoir

    Tout au sud du pays, la région a subi de plein fouet guerres et rébellions. On y manque de tout, sauf d’eau et de cultures, et ses habitants nourrissent le rêve d’une paix durable.

  • A Paris, une conférence pour aider le Soudan étranglé par la dette

    Par
    Un vendeur de rue à Khartoum le 21 février 2021. © Ashraf Shazly/AFP Un vendeur de rue à Khartoum le 21 février 2021. © Ashraf Shazly/AFP

    Paris organise ce lundi 17 mai une journée de soutien aux nouvelles autorités de Khartoum. La France devrait annoncer un versement d’un million d’euros pour couvrir une partie des arriérés exigés par le FMI au Soudan, un pays écrasé par une dette de 49 milliards d’euros. Au Soudan, rien ne devrait pourtant changer dans la vie quotidienne à court terme.