Gwenaelle Lenoir

Ses Derniers articles

  • Biodiversité : en Tanzanie, le parc qui cache le barrage

    Par
    Des antilopes dans la réserve de Selous en Tanzanie, en 2010. © Photo Frédèric Soreau / Photononstop via AFP Des antilopes dans la réserve de Selous en Tanzanie, en 2010. © Photo Frédèric Soreau / Photononstop via AFP

    Les aires protégées sont l’un des sujets centraux du congrès annuel de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), organisé à Marseille. Exemple en Tanzanie, avec un parc national récemment créé : grand comme la Belgique, il est déjà menacé par la construction d'un barrage hydroélectrique.

  • Soudan du Sud : une décennie qui a tué l’espoir

    Par
    Une déplacée de l’ethnie Murle recevant de l’aide du programme alimentaire mondial des Nations unies dans un camp du Soudan du Sud le 10 juin 2021. © Simon Wohlfahrt/AFP Une déplacée de l’ethnie Murle recevant de l’aide du programme alimentaire mondial des Nations unies dans un camp du Soudan du Sud le 10 juin 2021. © Simon Wohlfahrt/AFP

    Plus jeune État du globe, le Soudan du Sud est né il y a tout juste dix ans, sous les flonflons et les vivats émus de la communauté internationale. Devenu indépendant après l’une des guerres les plus longues d’Afrique – vingt-deux ans –, il est aussi le plus corrompu au monde, à égalité avec la Somalie.

  • Le fragile espoir des monts Nouba, région martyre du Soudan

    Par
    Mary James, engagée dans le SPLM (Mouvement de libération des peuples du Soudan) depuis 1984. © Gwenaëlle Lenoir Mary James, engagée dans le SPLM (Mouvement de libération des peuples du Soudan) depuis 1984. © Gwenaëlle Lenoir

    Tout au sud du pays, la région a subi de plein fouet guerres et rébellions. On y manque de tout, sauf d’eau et de cultures, et ses habitants nourrissent le rêve d’une paix durable.

  • A Paris, une conférence pour aider le Soudan étranglé par la dette

    Par
    Un vendeur de rue à Khartoum le 21 février 2021. © Ashraf Shazly/AFP Un vendeur de rue à Khartoum le 21 février 2021. © Ashraf Shazly/AFP

    Paris organise ce lundi 17 mai une journée de soutien aux nouvelles autorités de Khartoum. La France devrait annoncer un versement d’un million d’euros pour couvrir une partie des arriérés exigés par le FMI au Soudan, un pays écrasé par une dette de 49 milliards d’euros. Au Soudan, rien ne devrait pourtant changer dans la vie quotidienne à court terme.

  • La guerre au Tigré se transforme en crise au Soudan

    Par
    Enregistrement des réfugiés à Oum Rakuba. © GL Enregistrement des réfugiés à Oum Rakuba. © GL

    Plus de 50 000 personnes ont fui la région éthiopienne du Tigré pour trouver refuge dans l’est du Soudan. Ils font état d’exactions massives, tueries collectives, exécutions sommaires, viols de masse, pillages. Mais, sur place, les moyens manquent.

  • Deux ans après la révolution soudanaise, les militaires cèdent un peu le pas aux civils

    Par
    Une vendeuse de thé, dans les rues de Khartoum © GL Une vendeuse de thé, dans les rues de Khartoum © GL

    Ce dimanche 11 avril marquera le deuxième anniversaire de la révolution soudanaise. Longtemps, les plus pessimistes ont brandi le spectre d’un coup d’État militaire. Il ne s’est pas produit. Même si la transition vers un pouvoir complètement rendu aux civils est longue.

  • Des groupes armés terrorisent à nouveau la Centrafrique

    Par
    À Bangassou, le 3 février, des soldats de l’armée centrafricaine (FACA) retrouvent leur base, un mois après son pillage par des rebelles de la CPC. © ALEXIS HUGUET / AFP À Bangassou, le 3 février, des soldats de l’armée centrafricaine (FACA) retrouvent leur base, un mois après son pillage par des rebelles de la CPC. © ALEXIS HUGUET / AFP

    Deux ans après la signature de l’accord de paix de Khartoum, une nouvelle alliance entre groupes rebelles l’a fait voler en éclats. Malgré une aide militaire internationale, l’État semble loin de pouvoir les arrêter.

  • En Centrafrique, «les gens risquent à nouveau de tout perdre»

    Par
    Devant le siège de Mouvement Cœurs unis du président Faustin-Archange Touadéra à Bangui le 5 janvier 2021. © Florent Vergnes/AFP Devant le siège de Mouvement Cœurs unis du président Faustin-Archange Touadéra à Bangui le 5 janvier 2021. © Florent Vergnes/AFP

    Le président sortant Faustin-Archange Touadéra a été déclaré vainqueur de la présidentielle. Seule la moitié des 1,8 million d’inscrits ont été pris en compte et le scrutin s’est déroulé dans un contexte de reprise de la guerre civile.

  • Centrafrique: les élections quoi qu’il en coûte

    Par
    Une électrice à Bangui, le 27 décembre 2020 © Nacer Talel / Anadolu Agency via AFP Une électrice à Bangui, le 27 décembre 2020 © Nacer Talel / Anadolu Agency via AFP

    Les scrutins présidentiel et législatifs, promus par la communauté internationale, ont été maintenus, dimanche 27 décembre. À Bangui, les électeurs semblent au rendez-vous. Mais ailleurs, dans le pays, la situation est extrêmement confuse. Reportage.

  • La Centrafrique subit une crise sans fin

    Par
    Une patrouille de la Minusca à Bangui le 22 décembre 2020. © Alexis Huguet/AFP Une patrouille de la Minusca à Bangui le 22 décembre 2020. © Alexis Huguet/AFP

    La situation en Centrafrique s’est dégradée à tel point que la tenue dimanche 27 décembre des élections présidentielle et législatives, appuyées, payées et sécurisées par la communauté internationale, semble impossible hors de la « bulle » Bangui.