Marie Billon

Ses Derniers articles

  • Déboulonnage de la statue d’un marchand d’esclaves à Bristol : les accusés acquittés

    Par
    Les "Colston 4" après l’annonce du jugement. © Geoff Caddick/AFP Les "Colston 4" après l’annonce du jugement. © Geoff Caddick/AFP

    Quatre jeunes jugés à Bristol, ville du sud-ouest de l’Angleterre, pour avoir déboulonné et jeté dans les docks la statue d’Edward Colston, un ancien marchand d’esclaves encensé comme un héros local après sa mort, ont été acquittés par un jury. Un jugement salué par leurs soutiens et condamné par les conservateurs.

  • Contesté par ses troupes, Boris Johnson essuie une humiliante défaite électorale

    Par
    Boris Johnson. © Photo David Cliff / Anadolu Agency via AFP Boris Johnson. © Photo David Cliff / Anadolu Agency via AFP

    Boris Johnson dit « assumer personnellement la responsabilité » de la défaite électorale que son parti a essuyée jeudi 16 décembre, tout en accusant les médias de s’être plus concentrés sur les scandales que sur les sujets de fond. Mais le premier ministre, contesté également parmi ses soutiens pour sa gestion de la pandémie, est sur la sellette pour bien plus que cela.

  • « Thérapies de conversion » au Royaume-Uni : une interdiction à tâtons

    Par
    À Londres, le 6 août 2021. © Photo WIktor Szymanowicz / NurPhoto via AFP À Londres, le 6 août 2021. © Photo WIktor Szymanowicz / NurPhoto via AFP

    Le gouvernement britannique a annoncé en mai dernier son intention d’interdire les « thérapies de conversion », visant à changer une personne LGBT+. Londres a clos vendredi 10 décembre une consultation publique, qui doit l’aider à rédiger un projet de loi au printemps 2022 pour l’Angleterre et le pays de Galles.

  • « They », le pronom non binaire historique de la langue anglaise

    Par
    Capture d’écran « À l’air libre » © Mediapart Capture d’écran « À l’air libre » © Mediapart

    Si en France le débat fait rage sur le pronom neutre « iel », l’emploi de « they » pour couvrir la même fonction en Angleterre est déjà courant et même encouragé par les autorités.

  • Des deux côtés de la Manche : la politique du blâme

    Par
    En-tête de la lettre de Boris Johnson à Emmanuel Macron, jeudi 25 novembre. © Capture d'écran Twitter En-tête de la lettre de Boris Johnson à Emmanuel Macron, jeudi 25 novembre. © Capture d'écran Twitter

    Londres et Paris se renvoient la responsabilité à la suite du naufrage qui a coûté la vie à 27 demandeurs d’asile le 24 novembre. Après une lettre que Boris Johnson a adressée à Emmanuel Macron et publiée sur Twitter, le gouvernement français a désinvité la ministre de l’intérieur britannique lors des pourparlers européens prévus à Calais ce dimanche.

  • Éric Zemmour n’est pas le bienvenu à Londres

    Par
    Comme à Londres, la venue à Genève du polémiste suscite la polémique, le 19 novembre. © Fabrice Coffrini / AFP Comme à Londres, la venue à Genève du polémiste suscite la polémique, le 19 novembre. © Fabrice Coffrini / AFP

    Le polémiste d’extrême droite visite ce week-end la capitale britannique. Mais Éric Zemmour rencontre quelques déconvenues. Le maire de Londres, Sadiq Khan, a déclaré que ceux qui « incit[ent] à la haine contre des gens à cause de leur couleur de peau ou de leur religion ne sont pas les bienvenus ».

  • Les pêcheurs pris dans les filets des hommes politiques des deux côtés de la Manche

    Par
    Triage du poisson à bord du bateau de Neil Whitney (à droite), en provenance du port de Newhaven en Grande-Bretagne, le 12 octobre 2020. © Photo Glyn Kirk / AFP Triage du poisson à bord du bateau de Neil Whitney (à droite), en provenance du port de Newhaven en Grande-Bretagne, le 12 octobre 2020. © Photo Glyn Kirk / AFP

    Les pêcheurs britanniques ont majoritairement voté en faveur du Brexit en 2016, mais ils ne sont pas satisfaits de l’accord négocié par Londres et Bruxelles. Ils réservent leurs frustrations aux politiques et certains éprouvent de la sympathie envers leurs confrères français.

  • La City de Londres revisite son passé esclavagiste

    Par
     © Photo Marie Billon pour Mediapart © Photo Marie Billon pour Mediapart

    Retirer ou pas les statues ? Le quartier financier de la capitale britannique se penche depuis un an sur ses liens avec la traite transatlantique et les fortunes qui en sont issues. Certaines de ses institutions ont pris des décisions controversées.

  • Royaume-Uni : une pénurie de main-d’œuvre aggravée par le Brexit et la pandémie

    Par
     © Photo Christopher Furlong / pool / AFP © Photo Christopher Furlong / pool / AFP

    Des stations-service à sec aux rayons de supermarché clairsemés, les difficultés d’approvisionnement que rencontre le Royaume-Uni sont dues à une pénurie de main-d’œuvre. Plus d’un million d’emplois, tous secteurs confondus, étaient vacants au troisième trimestre 2021 dans le pays.