Michel Deléan

Journaliste au pôle Enquêtes, j'ai rejoint Mediapart en janvier 2011, après avoir été pigiste à Libération (1986-1987), reporter spécialisé justice au Parisien (1988-1998), et grand reporter en charge de l'investigation au Journal du Dimanche (1999-2010).

J'ai publié plusieurs livres: "Un magistrat politique. Enquête sur Jean-Claude Marin, le procureur le plus puissant de France" (Pygmalion, 2015), "Qui veut la mort du juge d'instruction?" (Les Carnets de l'Info, 2007), et "Adjugé, volé. Chronique d'un trafic à Drouot" (Max Milo, 2011).

Vous pouvez consulter ma déclaration d'intérêts ici.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Espionnage des journalistes: la justice se rapproche de l'Elysée

    Par
    La juge d'instruction parisienne Sylvie Zimmermann vient de joindre deux dossiers d'espionnage téléphonique de journalistes. Ils peuvent déboucher sur la mise en examen de hauts responsables de la police et de la magistrature, tous très proches du président de la République. Frédéric Péchenard, Bernard Squarcini et Philippe Courroye sont visés.
  • Procès Chirac: le soldat Roussin tient bon

    Par
    Michel Roussin, ancien directeur de cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris, n'a pas balancé son ancien chef, qui l'a pourtant laissé dans les griffes des juges depuis dix-sept ans. Aussi a-t-il soigneusement sélectionné ses souvenirs devant les juges.
  • Un procès fictif pour Jacques Chirac

    Par
    L'ancien maire de Paris ne comparaîtra pas au procès des emplois fictifs, a décidé le tribunal correctionnel de Paris. Le dossier médical faisant état de troubles neurologiques et de pertes de mémoire de Jacques Chirac a paru assez sérieux aux juges pour qu'ils s'en contentent.
  • Chirac déclaré incapable de suivre son procès

    Par
     © Reuters © Reuters
    Repoussé plusieurs fois, le procès de Jacques Chirac pour «détournements de fonds publics» dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris doit s'ouvrir lundi. Mais un rapport médical produit par sa femme et sa fille assure que l'ancien président est désormais dans un état de vulnérabilité qui ne lui permet pas d'assumer un procès.
  • Pasqua et Santini en route vers la correctionnelle

    Par

    Une audience aura lieu le 7 novembre pour fixer la date du procès de l'affaire de la Fondation Hamon, dans laquelle Charles Pasqua et André Santini ont été renvoyés en correctionnelle pour « détournements de fonds publics ». Une affaire emblématique d'un certain affairisme politique dans le département des Hauts-de-Seine.

  • La juge qui horripile le pouvoir

    Par
    Habituée des affaires sensibles, la juge Isabelle Prévost-Desprez s'est déjà heurtée plusieurs fois aux banques, aux grands patrons, et au procureur de Nanterre Philippe Courroye. Ses propos sur des remises d'espèces à Nicolas Sarkozy menacent aujourd'hui de relancer l'incendie de l'affaire Bettencourt.
  • Escroquerie chez Renault: le barbouze se rebiffe

    Par
    Les suspects de l'affaire d'escroquerie au renseignement qui a touché le constructeur automobile Renault se renvoient la balle. L'avocat de Dominique Gevrey, l'un d'eux, demande au juge d'instruction de faire toute la lumière sur l'enquête officieuse menée par la DCRI, le contre-espionnage français.
  • Le préjudice immoral de Bernard Tapie

    Par

    Remis en question, les 45 millions d'euros reçus par l'homme d'affaires comme indemnisation de son «préjudice moral» dans l'affaire Adidas/Crédit lyonnais représentent 2.000 fois ce que reçoit en moyenne un innocent emprisonné à tort.

  • Cour de justice : le document qui accable Christine Lagarde

    Par

    Mediapart a pu prendre connaissance de la décision motivée qui a été rédigée le 4 août par la commission des requêtes de la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire Lagarde/Tapie. Un document en tout point accablant pour l'ancienne ministre de l'économie Christine Lagarde.

  • Tribunaux de commerce: quatre ripous condamnés

    Par
    Après quinze années de procédure, une affaire de corruption vient de se conclure devant la Cour de cassation. Qui confirme la condamnation d'administrateurs et de mandataires judiciaires «achetés» par la SDBO, ancienne filiale du Crédit lyonnais.