Et si l’orgueil national français venait du Moyen Âge ?

Pour l’historien Jacques Krynen, un « complexe de supériorité » français a traversé les régimes. Et son soubassement est à rechercher au tournant des XIIIe et XIVe siècles, durant le règne de Philippe le Bel. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron sacrifie régulièrement à une rhétorique très gaullienne, selon laquelle la France aurait un rôle spécifique à jouer dans le monde et un « rang » à y tenir qui la distinguent d’autres puissances moyennes. Mais de Gaulle lui-même n’aurait pu être habité par la « certaine idée de la France » qu’il aimait à invoquer, s’il n’avait pu l’adosser à des conceptions et des hauts faits historiques faisant partie de son bagage culturel.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal