Régine Poloniecka: du malheur juif à la solidarité tous azimuts

Par

Régine Poloniecka, médecin engagée dans les causes humanitaires, écrivaine à ses heures, publie, à 84 ans, un recueil de récits insolites, poétiques. Et parcourus d’effrois du passé, convertis en ouvertures généreuses vers autrui. Rencontre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un livre à nul autre pareil, un recueil de textes rédigés à la fin de l’autre siècle, sans penser à publication, par une dame qui se dépatouille avec la matière – des harengs aux pieds de table, en passant par les plantes vertes, les bijoux, la boîte à couture et les provisions d’ampoules ou de papier toilette. Le tout nimbé d’une poétique de l’objet prompte à prendre le parti des choses : « J’ai acheté pour la vingt-cinquième fois de la rhubarbe au marché pour faire de la compote. La marchande me l’a enveloppée dans un papier à grandes arabesques bleues, roses, mauves, extravagant, un papier peint sans doute fait pour je ne sais quels murs. Il m’apparaissait somme toute normal que, détourné de son but premier, il finisse ainsi à cet usage modeste. »