Culture Brève

Sciences-Po: deuxième nuit d’occupation

Pour la deuxième nuit consécutive, des étudiants de Sciences-Po ont occupé le principal amphithéâtre de l’école, Boutmy.

La rédaction de Mediapart

1 mars 2013 à 08h46

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Pour la deuxième nuit consécutive, des étudiants de Sciences-Po ont occupé le principal amphithéâtre de l’école, Boutmy. Ils protestent contre la procédure en cours de désignation du nouveau directeur de l’école, « verrouillée » et « anti-démocratique », selon l’Unef. Ils réclament la tenue d’un débat public entre tous les candidats. Beaucoup demandent aussi le départ du président de la Fondation nationale de sciences politiques (FNSP), Jean-Claude Casanova. La structure mère de l’Institut d’études politiques de Paris doit réunir son conseil d’administration vendredi 1er mars, et se prononcer sur le nom d’un administrateur-directeur.

Près d’un an après la mort de Richard Descoings à New York, la prestigieuse école de la rue Saint-Guillaume n’a toujours pas réussi à se réorganiser. Lors d'un vote indicatif, Frédéric Mion, énarque et actuel secrétaire général de Canal+, est arrivé en tête, jeudi 28 février.

La rédaction de Mediapart


36 commentaires

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par Berenice Gabriel et Célia Mebroukine
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne