Un ethnographe s’est glissé au cœur de l’émeute

Par

Un an après le début du soulèvement des « gilets jaunes », et à l’heure où l’Irak, le Chili ou l’Équateur s’embrasent, le chercheur Romain Huët ethnographie le « vertige de l’émeute » (aux éditions PUF) sur la base d’une observation très participante, en proposant une perspective à la fois originale et limitée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«De quoi se compose l’émeute ? De rien et de tout. D’une électricité dégagée peu à peu, d’une flamme subitement jaillie, d’une force qui erre, d’un souffle qui passe. Ce souffle rencontre des têtes qui pensent, des cerveaux qui rêvent, des âmes qui souffrent, des passions qui brûlent, des misères qui hurlent, et les emporte. Où ? Au hasard. À travers l’État, à travers les lois, à travers la prospérité et l’insolence des autres. »