Gourmet, gourmand, glouton: à table avec Jim Harrison

Par Liliane Kerjan (En attendant Nadeau)

Jim Harrison, grand romancier et poète, pêcheur à la mouche, scénariste, escaladeur des cimes, amoureux des grands espaces sauvages, autant d’airs connus. Mais sa plume a aussi gouleyé dans la critique gastronomique et Un sacré gueuleton, qui rassemble pour la première fois ses chroniques, nous invite à une ripaille à nulle autre pareille, une formidable dégustation de la vie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Gourmet, gourmand, glouton, voici Big Jim en verve sur la bonne chère et le bon vin, qui écrit allègrement pour Brick, Smoke Signals et quelques autres magazines en sa « qualité de critique gastronomique, ligne directe sur les plaisirs gustatifs ». Il faut dire qu’il a un grand-père cordon bleu, une mémoire sensorielle aiguisée pour retrouver ses émotions prandiales doublée d’une insatiable curiosité de baroudeur des restaurants. Et pour lui, revivre un voyage c’est évoquer un ragoût d’anguille, des verres de pic-saint-loup et de gigondas (du domaine du Cayron), le marché d’Arles ou encore une fabuleuse cuisinière de Bourgogne.