Marie Cosnay à cache-cache avec ses ombres algériennes

Par Ulysse Baratin (En attendant Nadeau)

Marie Cosnay a récemment traduit L’Énéide, une histoire de migrants sur la Méditerranée. Avec If, dont le récit se situe entre la France et l’Algérie, elle poursuit l’exploration de personnages entre deux rives. Entre fiction et documentaire, le texte prend la forme d’une enquête à la poursuite d’un homme disparu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je chercherai partout son moment d’été 1962, raconte la narratrice. Partout je chercherai son père, père au cœur de lHistoire disparu des histoires. » Mohamed Bellahouel, personnage aux identités si multiples, finit par se dissoudre en un fantôme perdu dans les interstices de l’Histoire. Gendarme musulman en Algérie dès 1944, officiant d’un côté de la Méditerranée puis de l’autre, il s’évanouit dans la nature dans les années 1960, laissant derrière lui une famille, même si « disparaître nest pas chose aisé».