Les rouges sont à l'affiche (2/2): les mineurs de 1948 sont toujours là!

Par

La grande grève des mineurs de 1948 est une histoire qui n’est pas encore achevée en 2014. Ils ne sont plus qu’une poignée à réclamer justice. Dans Plus noir dans la nuit, Dominique Simonnot explore les archives parfois saisissantes d’hier… et les courriers ministériels d’aujourd’hui. Mais surtout, elle redonne vie et parole à ces ouvriers dont l’existence a été bousillée par une interminable vengeance sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Quand je suis remontée dans le train pour Paris, Norbert est resté sur le quai, jusqu’au départ. Et ce soir-là, en regardant s’effacer sa silhouette maigre, j’ai décidé de revenir jusqu’à ce qu’il ait fini de me raconter. » Norbert, c’est Norbert Gilmez, ancien mineur gréviste des Houillères, ancien habitant de la cité des Brebis, ancien condamné, toujours combattant, toujours communiste. 92 ans, intarissable, vous expédiant une lettre de 28 pages, parce qu’il ne se sent pas très en forme pour écrire, en ce moment.