«J’ai fait un film avec plein de femmes noires dont on ne pense pas qu’elles existent»

Par

Dans Ouvrir la voix, la réalisatrice Amandine Gay donne la parole à des femmes noires. Celles-ci racontent le racisme subi au quotidien dans une société qui ignore leur existence. Pas d’autovictimisation pour autant : elles tracent leur route avec détermination. Par ce film, la cinéaste veut faire reculer le plafond de verre du cinéma français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un film rare dans le paysage artistique français, et peut-être le premier de son genre. Dans Ouvrir la voix, Amandine Gay filme durant deux heures des femmes noires françaises et belges. Celles-ci racontent le racisme subi au quotidien dans une société qui ignore leur existence ou les enferme dans des représentations stéréotypées : forcément pauvres, précaires, mères de familles monoparentales, sans diplôme.