«Cherry» de Nico Walker: le best-seller d’un vétéran, toxicomane et braqueur

Par

Nico Walker a écrit Cherry en prison : le roman raconte sa propre histoire, celle d’un jeune engagé américain envoyé se battre en Irak ; à son retour aux États-Unis, il plonge dans l’héroïne et devient braqueur de banque : « Peut-être que si je m’étais fait tuer on aurait gardé de moi le souvenir d’un mec bien. » Mediapart a pu s’entretenir avec l’auteur, détenu dans le centre pénitencier du Kentucky.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nico Walker aurait pu être un héros pour blockbuster patriote : au sortir de l’adolescence, ce jeune Américain issu de la classe moyenne blanche s'engage dans l'armée. En 2005, à l’âge de 19 ans, il est envoyé en Irak. En onze mois, il y effectue 250 sorties en patrouille, ce qui est considérable ; sa bravoure lui vaut plusieurs décorations. Mais à son retour, changement de registre : Walker est désormais un outlaw pour film d’auteur. Le jeune vétéran devient accro à l'héroïne. Pour financer son addiction, il utilise sa bourse d'études – et quand ça ne suffit plus, se met à braquer des banques : dix hold-up en quatre mois. Il finit par se faire arrêter et juger.