Amitav Ghosh : « La sixième extinction des espèces a commencé avec l’extermination des humains »

Par

La littérature peut-elle faire entendre la voix des non-humains ? C’est l’ambition que se fixe l’écrivain indien pour défaire la mise à distance du monde issue de la modernité. Entretien, alors que se déroule le congrès pour la conservation de la nature à Marseille. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Le roman est né dans le monde entier par le bannissement de l’improbable et l’insertion du quotidien » : en 2016, l’écrivain indien jette un pavé dans la mare en publiant Le Grand Dérangement (traduit en France en 2020 par Wildproject). Si la fiction littéraire parle si peu de climat et d’effondrement, c’est que les œuvres de référence, les grands romans de la modernité au XIXe siècle, ont « mis en ordre » le récit, écrit-il. Des conceptions occidentales et bourgeoises ont façonné un imaginaire où l’improbable n’est jamais pris au sérieux.