Sofia Aouine, primo-romancière: «On peut tout mélanger»

Sofia Aouine offre en guise de premier roman un récit âpre, trublion, écorché, convulsif, drôle et douloureux : Rhapsodie des oubliés. L’auteure, tout en transposant ses heurs et malheurs, a voulu être prise aux mots. Entretien.

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter

Il a fallu que Sofia Aouine, née en 1978, rusât, luttât, se mît davantage en danger pour écrire, laisser une cicatrice sur la planète, tant son destin scarifié la vouait à l’effacement. Après avoir vu le jour, elle a été placée, une vingtaine d’années durant. Prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE), non sans un bref intermède chez sa grand-mère en Algérie, Sofia Aouine s’est raccrochée toute sa vie à un oracle fondateur.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié