«Malacqua», chef-d’œuvre de l’effondrement

Par

Quand un immeuble s’effondre, à Marseille ou à Naples, un monde s’écroule. Retour sur un chef-d’œuvre de l’effondrement, Malacqua, roman italien de 1977, traduit enfin en français.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le programme de Malacqua (la mauvaise eau, donc) tient tout entier dans son sous-titre : « Quatre jours de pluie dans la ville de Naples dans l’attente que se produise un événement extraordinaire. » Bref, une lecture idoine à l’automne – pour peu qu’on ne craigne pas le ton sur ton : le récit se déroule entre le 23 et le 26 octobre, et l’on y trouvera toutes les modulations des précipitations ; l’approche du mauvais temps – « ces bandes noirâtres, ces déchirures au loin, et cette lueur opaque qui ne donnait pas de lumière » –, les torrents d’eau, le crépitement des gouttes, l’humidité qui imprègne les vêtements, la monotonie infinie de la fine pluie, la grisaille de la vie – « Les essuie-glaces, sur la vitre, dessinaient des ellipses, des filaments grisâtres, des lumières tremblotantes. »