Paxman, l'intervieweur qui manque à l'Elysée

Par
Jeremy Paxman, gloire de la BBC, icône d'une liberté agressive s'il le faut, incarne une option interdite d'antenne en France, où s'impose encore la révérence face au pouvoir. La fureur de nombreux citoyens après la prestation télévisée de Nicolas Sarkozy du 5 février était dirigée non pas contre le journalisme, mais contre le journalisme ni fait ni à faire. Voici, en vidéos et en v.o., un contre-modèle roboratif!

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au lendemain des pleins pouvoirs audiovisuels que s'arrogea le président de la République le temps de «rassurer les Français», on a pu affirmer qu'avec cette prestation, un degré supplémentaire dans la déconfiture démocratique avait été franchi. Or un modèle inverse nous nargue outre-Manche, où un journaliste incarne une culture de l'entretien politique musclé à la télévision, qui fait ici défaut: Jeremy Paxman.