Des banlieusards organisent la première Marche des Fiertés à Saint-Denis

Ils sont fatigués d’être stigmatisés et invisibilisés par une Marche des Fiertés parisienne à dominante bourgeoise, blanche et masculine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lorsqu’on est une personne LGBT de banlieue, on ne vit pas la même réalité qu’un homme homosexuel qui fréquente le quartier parisien du Marais. Ce dernier, souvent blanc et bourgeois, serait sur-représenté par la Pride parisienne, d’ailleurs appelée « Gay Pride ». C’est pour s’en distinguer, et pour insister sur l’intersectionnalité de leurs luttes, que des étudiants organisent leur propre Marche des Fiertés en banlieue parisienne. Ils sont notamment soutenus par Act Up-Paris, SOS homophobie, l’Inter-LGBT et Acceptess Transgenres.