Au détour des livres (9). Ode nostalgique à un Iran perdu

Par

Ma part d’elle est le deuxième roman de Javad Djavahery. Il y dépeint de jeunes Iraniens vivant leurs premiers émois estivaux au cœur des années 1970, avant que leur destin ne soit bouleversé à la suite de la révolution islamique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est sur les rivages iraniens de la mer Caspienne que s’ouvre le deuxième roman de Javad Djavahery. Dès les premières lignes de Ma part d’elle, c’est pourtant à Camus et à la Méditerranée que le lecteur est irrésistiblement renvoyé, tant les réminiscences de ses Noces à Tipasa sont frappantes. On y retrouve la même évocation du plaisir de la nage, ainsi qu’un lyrisme identique pour décrire la communion du narrateur avec les éléments naturels. Très vite, celui-ci nous indique cependant que les réjouissances balnéaires ne sont pas le véritable sujet de son récit.