Lydie Salvayre, Andrès Trapiello: no pasaran!

Par

Et elle ne passe pas, la mémoire. Elle innerve le temps présent. Lydie Salvayre dit, superbement, la liberté d’une femme entre Histoire et carcan d’une société, le courage de Bernanos, l'insurrection libertaire. Trapiello interroge brillamment les suites intimes, publiques, actuelles, de la guerre civile espagnole: à vif, tous deux. Extrait en fin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Oui, Lydie Salvayre a, en somme, écrit Le livre de sa mère. Qui est aussi celui de la guerre d’Espagne, un hommage, via Bernanos, à ceux qui osent penser contre leur camp, et le dire, une ode à la liberté – un certain été 1936 – et une piqûre de rappel, automne 2014.