L’art d’accommoder les restes

Par Jean-Luc Tiesset (En attendant Nadeau)

« Le Chien » est le premier roman de l’Allemand Akiz, de son vrai nom Achim Bornhak, connu pour différents films qu’il a réalisés. Son expérience d’homme de l’image semble avoir nourri son passage à l’écriture romanesque, tant pour le rythme de sa narration que pour le pittoresque de ses personnages.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’homme qui surgit un jour dun passage souterrain na pas de nom, il doit avoir dans les vingt ans, il vient peut-être du Kosovo ou dailleurs. On apprend quil a vécu des années durant dans un cul-de-basse-fosse où on lui jetait sa maigre nourriture à travers une lucarne : Caspar Hauser, peut-être en pire. Mo, le narrateur qui a dégringolé l’échelle sociale après des années fastes dans un restaurant moscovite, le fait engager dans le snack minable où il travaille : ce mystérieux personnage y gagne le sobriquet de « Chien », qui lui reste, faute de mieux.