L’œil de Claude Lanzmann était dans la tombe et regardait le XXe siècle

Par

Hommage national aux Invalides, jeudi 12 juillet, pour Claude Lanzmann. L'écrivain-cinéaste récusait la mort, au nom d’une mission qu’il s’assignait : faire barrage contre l’amnésie, refuser que fût englouti ce qui n’avait pas laissé de traces et dont devait témoigner Shoah, immortel film-vigie-étalon…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeudi 12 juillet, après un hommage national dans la cour de l'hôtel des Invalides, Claude Lanzmann (27 novembre 1925–5 juillet 2018) sera enterré au cimetière du Montparnasse. Il reposera six pieds sous terre. Un tel état de fait était vécu comme un scandale par l’intéressé. Sa vie aura consisté à conjurer la mort, en une crânerie permanente. Chacun de ses actes se voulait une mandale en pleine gueule de la Camarde. Mais chacune de ses œuvres était un tombeau.